Bonjour à tous 

Aujourd'hui j'ai envie de faire un petit article sur cette magnifique chose que l'on appelle "les régressions du sommeil" chez bébé. Je sais qu'il en existe déjà beaucoup puisque j'ai dû à peu près tous les lire mais en voilà un avec mon retour, mon ressenti et mes astuces. Donc concrètement je ne vais pas redire ce que vous trouvez déjà sur la toile mais un bébé qui fait ses nuits depuis le début peut avoir une régression du sommeil à plusieurs moments.

Certaines sont clairement identifiées, d'autres arrivent quand le bébé acquiert une nouvelle faculté ou qu'il y a un changement dans son habitude de vie, par exemple un mode de garde.

De notre côté Élise a fait sa première régression du sommeil à ses 4 mois pendant les vacances de Noël quand nous étions confinés car nous avions tous les trois attrapés le covid. Elle a fait ses nuits à un mois et demi et ensuite nous n'avons jamais eu de souci pour son sommeil en dehors de ces périodes qui ont duré plus ou moins longtemps. La première a duré moins de 10 jours et elle se réveillait beaucoup mais elle avait quand même des temps de sommeil donc cela revenait au rythme du tout début quand il fallait se lever toutes les trois heures pour son biberon. La seconde a duré quelques jours, c'était quand elle se tenait bien debout.

En revanche, je vais vous parler de la dernière régression de sommeil que nous avons vécue le mois dernier (Elise avait 15 mois) et qui ne correspond à rien. C'est-à-dire qu'elle n'avait pas un âge où ça devait être ça, il n'y avait eu aucun changement dans nos habitudes de vie mais vraiment aucun. La seule chose qui pouvait faire la différence, c'est qu'elle commençait à avoir peur de se retrouver seule dans sa chambre en se réveillant par un cauchemar (Élise a dormi dans sa chambre au bout de 2 jours après notre rentrée de la maternité donc elle a toujours été habituée pour ses siestes et pour la nuit à dormir seule dans sa chambre).

Cette régression a duré un peu plus de 3 semaines et, concrètement, je me suis vraiment sentie démunie à me demander si un jour elle allait redormir normalement. Au-delà de se réveiller en pleurant ou en hurlant, impossible de la refaire dormir : il fallait soit rester avec elle, soit la prendre dans le lit ; et quand bien même elle était avec nous, elle mettait entre deux et quatre heures à se rendormir. Donc concrètement j'ai enchaîné des nuits allant de 1 à 3h de sommeil pendant 3 semaines avec un petit passage d'une bonne grippe (sinon ce n'est pas drôle) et surtout, un sentiment de me demander "qu'est-ce qui avait bien pu changer pour qu'elle réagisse comme ça la nuit". 

Le papa (qui ne supporte vraiment pas le manque de sommeil) lui allait dormir le plus souvent dans la chambre d'amis... donc  je me suis souvent retrouvée seule avec elle la nuit, fatiguée, malade, à bout. Je suis passée par tous les sentiments : de la tristesse, de l'espoir quand je la voyais s'endormir, de l'énervement et de la colère envers elle quand elle ne voulait pas dormir au point de lui crier après à cause du manque de sommeil.

Nous avons fini par installer un lit à côté du sien car avant nous restions par terre au sol à côté pour qu'elle sente notre présence. En effet, après trois nuits à la prendre dans notre lit, je ne voulais pas continuer : pour ma part, j'ai vraiment peur de l'habituer à ça et ensuite de tomber dans un cercle vicieux ou elle voudra toujours être avec nous dans le lit. C'est une réelle peur, je pense qu'un enfant ne doit pas passer toutes ses nuits dans le lit conjugal et surtout, comme nous avons le sommeil très très léger, c'est impossible mais vraiment impossible de dormir à côté d'elle car elle fait beaucoup de bruit. C'était aussi une des raisons pour laquelle elle a été tout de suite dans sa chambre (le cododo on y a jamais pensé ^^)

Je ne voulais pas non plus l'habituer à la prendre dans les bras ou la prendre dans le lit, le seul compromis que j'avais trouvé à cette régression du sommeil qui durait était de dormir à côté d'elle dans la chambre en me disant qu'au moins elle restait toujours dans son lit et que dès qu'elle s'endormait je pouvais partir. Au final, après quelques nuits, je me suis dit que je créais quand même une habitude au fait qu'on reste à côté d'elle le temps qu'elle s'endorme. 

Alors nous avons aussi essayé d'autres choses :

  • de la laisser pleurer pendant plus d'une heure
  • de lui mettre une lumière dans la chambre 
  • de lui mettre une lumière dans le couloir 
  • de lui mettre de la musique
  • de lui parler au baby phone (cela a fonctionné 2 nuits)
  • d aller voir un maître reiki que j avais vu pendant ma grossesse car je n'avais vraiment pas beaucoup de ventre (en passant, sa seule analyse était de nous dire que la petite allait très bien mais qu'elle avait besoin de nous et de notre présence. Qu'il fallait améliorer notre qualité de vie et idéalement qu'il fallait que je me mette en congé parental pour passer plus de temps avec elle ou que nos journées soient moins longues. Sachant que je la dépose à 7h45 chez la nourrice et la récupère pour 17h. Mais voilà, pour beaucoup de raisons ce n'est pas quelque chose que je souhaite :-) )

Au final, ce que je lisais sur les articles était vrai : la seule chose qu'il faut c'est de la patience beaucoup de patience et encore de la patience et se dire que si son bébé a toujours fait ses nuits ça va revenir mais que cela peut prendre du temps. J'avais lu que ça pouvait prendre jusqu'à un mois. Elle a fini par mieux redormir, elle a encore des réveils nocturne liés à des cauchemars (réveils en pleurs d'un coup - reste couchée sur son lit sans bouger mais en pleurant) et pour cela nous avons trouvé que le fait d'allumer une veilleuse et de mettre en route son mobile pour qu'elle ait une musique qui l'aide à retrouver son sommeil.

Son petit Cocon - je parle de la fresque dans l'un de mes articles !<br>

Je viens donc dans la chambre, je lui fais une caresse sur le front (je ne veux pas la prendre dans les bras pour éviter ensuite la frustration de la reposer), je mets en route la veilleuse et la musique et je pars. Pendant ce moment là elle pleure en me tendant les bras, mais une fois sortie de la chambre, elle ne dit plus rien et se rendort aussi sec. (Bon, j'ai écris cet article hier et cette nuit cela n'a pas marché bien évidemment !)

Son sommeil s'est donc amélioré depuis cette régression.Toutefois, nous avons encore 2 à 3 fois par semaine des nuits où mlle se réveille tôt (entre 4h et 5h) et qu'elle ne redort pas ... Ou alors, nouveauté, elle réclame un biberon dans la nuit ou tôt le matin. Ce que j'ai suivi un temps et que je me refuse maintenant pour ne pas recréer une habitude. Sans compter qu'au final elle n'a pas vraiment faim, il s'agit d'un biberon de convenance et de réconfort. Dans tous les cas, son sommeil est en dents de scie, des nuits bonnes, des moins bonnes, des couchers au top, des couchers difficiles. Choses que nous n'avions vraiment pas avant depuis ses 1 mois et demi en dehors des phases de maladie. Donc cette régression a quand même bien modifié sa qualité du sommeil, c'est incroyable :(

Concrètement : il faut tout essayer ! Vraiment tout et essayer de voir ce qui peut fonctionner pour vous. Et surtout, sur ce que vous êtes capables de supporter bien entendu.

Je l'ai quand même prise plusieurs fois dans notre lit car j'étais vraiment à bout et que je n'en pouvais plus. Il fallait quand même trouver une solution pour qu'elle dorme (après elle, la journée, elle rattrapait en faisant une sieste de deux heures le matin et la même l'après-midi (voire plus) chez la nourrice donc elle n'avait pas trop de manque de sommeil :) mais pour ma part j'ai voulu limiter car j'ai vraiment peur de créer une habitude. On dit vraiment qu'il faut rassurer les enfants quand ils ne vont pas bien, qu'il faut les prendre dans les bras ou les prendre dans notre lit, on parle beaucoup de l'éducation positive et de cette éducation bienveillante... Mais pour ma part, je préfère essayer de faire un mix des deux : de la prendre avec moi quand vraiment ça ne va pas mais sinon d'essayer de la laisser apprendre ou réapprendre à être seule, à s'endormir seule pour avoir une qualité de vie familiale qui se rapproche de ce que j'imagine d'un bon équilibre.

Chacun élève ses enfants différemment, mes articles sont toujours là pour faire part de ce que je vis, de ce que je fais, de ce que je ressens et ils ne portent aucun jugement sur la façon de faire des autres. Je pense que on a tous un avis de ce que fait Pierre, Paul, Jacques avec son enfant, mais à la fin de la journée, chacun fait comme il veut et chacun à la vie qu'il se construit selon la situation et ce qui est possible.

Pour finir cet article sur cette période qui a été aussi compliquée à vivre pour le couple (car on sait très bien que le manque de sommeil est l'ennemi juré de l'harmonie), si je peux vous donner des conseils si vous traversez cette même période : c'est de garder l'espoir ! Ça va s'améliorer même si on a vraiment l'impression d'être tombé dans un cercle vicieux qui ne s'arrête pas ! 

Si vous en avez besoin, craquez ! Jetez vos principes. Faites en sorte de réussir à dormir (le prendre au lit, dans vos bras, rester à côté etc). C'est, si vous le pouvez, faire garder une fois votre bébé pour reprendre rien qu'une nuit de sommeil pour repartir avec la force et l'énergie nécessaire pour tenir la nuit suivante. 

C'est savoir en parler autour de vous avec d'autres couples ou mamans qui ont vécu la même chose ou qui ne l'ont pas encore vécu pour pouvoir lever aussi le tabou sur des situations qui sont difficiles à vivre dans la parentalité et la maternité qui passent bien souvent à la trappe entre deux photos partagées où on a l'impression que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. :-)

Courage à vous, à toi la maman qui prendra sans doute plus le relais, tu es forte et courageuse

Alors, qu'avez-vous trouvé comme astuces pour faire face à ces régressions du sommeil ? Partagez les en commentaire pour aider la communauté des mamans ! 

Découvrez mes autres articles en cliquant ici